Les systèmes de soutien

ParCyrille Bertrand

Les systèmes de soutien

Habituellement, je ne proposais pas d’article pendant la période estivale. Cette année, j’ai décidé de décaler la publication de juin en juillet pour écrire sur les systèmes de soutien que j’appelle « points d’appui » pour le thérapeute. Vous pourrez donc commencer à travailler vos points d’appui pendant vos vacances et qui sait continuer à pratiquer à partir de la rentrée…


Les systèmes de soutien : points d’appui pour le thérapeute !

Après deux derniers articles un peu plus techniques (le diagnostic structuralet Les différentes alliances du processus thérapeutique), revenons sur la question de prendre soin… Les thérapeutes, notamment les gestaltistes parce qu’ils s’intéressent à la frontière contact entre l’organisme (l’individu) et l’environnement, vont porter un intérêt aux systèmes de soutien (interpersonnel, cognitif et biologique) chez leurs clients.

Je vous propose donc de regarder ces systèmes de soutien au niveau du thérapeute, ce qu’il observe chez son client, le fait-il pour lui-même ?

Prenez-vous soin de vous-même ? Développez-vous vos points d’appui ? 

Le système interpersonnel :

Ce système est le niveau d’implication relationnel hors du cadre professionnel. Dans son couple, ses enfants, ses amitiés, son implication sociale qui permet de sortir d’une relation soignant-soigné afin d’éviter l’usure de compassion fréquente chez les professionnels de l’accompagnement. Dans son implication dans la relation thérapeutique et dans son écoute, le thérapeute consomme d’une manière significative son énergie libidinale.

Même si le travail est un espace de ressourcement et de réalisation personnelle, après une journée d’implication, que reste-il de cette énergie pour son environnement personnel et l’écoute pour son entourage… ? Il serait intéressant de poser la question aux personnes avec qui vous vivez !

Le système cognitif :

Le système cognitif va soutenir notre système relationnel, car au-delà d’une capacité réflexive, il est important de mettre en mot nos sensations, nos expériences et de les partager. Cela permet de sortir de la solitude existentielle et de trouver une fluidité dans notre capacité à mentaliser ! N’oublions pas que la mentalisation (souvent confondue avec l’intellectualisation) est le sommet de la régulation affective.

Il est important de se parler à soi-même afin d’élaborer, mais ce qui fait la différence avec la pathologie, c’est le fait de parler aussi avec les autres afin d’être ouvert à d’autres états mentaux. Il y a un cercle vertueux à parler et partager son point de vue, pas dans le fait d’avoir « raison » mais d’être ouvert à d’autres points de vue même si cela rend la relation complexe. 

Le système biologique :

Nous savons aujourd’hui à quel point notre corps et notre psyché sont étroitement liés, c’est donc un équilibre à trouver ! Les sportifs de haut niveau savent à quel point le mental et une harmonie dans leur vie personnelle peut faire la différence sur une compétition. A contrario, les personnes qui travaillent par et avec la psyché, sont-elles préoccupées par leur corps et leur hygiène de vie ? 

L’alimentation, le repos, les nuits de sommeil, l’activité physique et le sport sont des aspects importants pour optimiser la présence à soi et à l’autre. 

Non seulement, il est important d’avoir fait un travail thérapeutique pour pouvoir devenir thérapeute, mais j’affirme aujourd’hui qu’il est essentiel d’entretenir une bonne forme physique pour être un thérapeute efficace quelle que soit son approche !

En résumé : 

1- soyez attentif à vos proches et développez votre réseau amical, comme le partage Robert Waldinger les relations nous permettent de vivre âgé et en bonne santé physique et psychique ! 

2- osez partager ce que vous traversez, en mettant votre intellect au service de votre ressenti car la mentalisation est un état opaque et fragile ! 

3- bougez, respirez, prenez soin de votre corps, « tête incluse » ! 

Je sais que pour certains d’entre vous les activités physiques ne sont pas leur « tasse de thé » : il n’est pas nécessaire de se préparer à un « marathon » mais simplement de marcher régulièrement, pourquoi pas de nager un peu ou encore de faire des étirements, du yoga, etc… 

Je vous souhaite de bonnes vacances, prenez soin de vous et de vos points d’appuis ! A la rentrée pour de nouveaux sujets…. 


> Formations en liens avec cet article : INTRODUCTION PGRO / CYCLE INTENSIF


À propos de l’auteur

Cyrille Bertrand editor

Fondateur et Directeur pédagogique de NGI

1 commentaire pour l’instant

FrancinePublié le11:04 - Juil 27, 2019

Merci Cyrille pour ton partage estival, un moment de ralentissement qui peut augmenter cette conscience là, source de Notre Harmonie et au-delà…de notre Equilibre tête/coeur/corps. Bel été

Laisser un commentaire