Le développement psycho-affectif (3/4) : l’Estime de soi

ParCyrille Bertrand

Le développement psycho-affectif (3/4) : l’Estime de soi

Voilà, c’est la reprise des articles en cette rentrée 2018 ! Comme nous l’avions vu dans l’article précédent, dans « le développement psycho-affectif », nous avons besoin d’être régulé dans notre enjeu d’attachement ; il en est de même dans l’enjeu de l’Estime de soi, sous peine de créer un « vide intérieur » comme expérience de soi.


A la question « Qui suis-je? » l’estime de soi est un enjeu crucial !

Cet enjeu est crucial quant à la question « Qui suis-je? » et cette conscience de soi se construisant avec et dans le regard de l’autre… afin de se sentir exister au-delà de l’attachement. De tous les mammifères, nous sommes la seule espèce pour qui l’enjeu d’Estime de Soi a une place dans notre développement et va affecter potentiellement notre relation avec l’environnement.

Le reflet des parents dans la relation à l’enfant va être primordial, notamment le reflet de l’affect. Si l’affect est incorrectement perçu par le parent, une représentation secondaire de soi s’installe avec une distorsion de l’affect. Un affect marqué mais non contingent comme le souligne P.Fonagy.

 

La vision Kohutienne du narcissisme ?

Au-delà de l’affect mal régulé, la vision Kohutienne du narcissisme comme défense pour pallier une faible Estime de Soi, est intéressante. Tout d’abord sous l’angle du processus psycho-affectif car le narcissisme est vu comme un processus développemental, mais également dans notre posture Pgriste pour saisir l’indispensable et l’intolérable chez notre client dans ces schémas de reproduction (vu dans un article précédent que vous pouvez retrouver sur le blog).

Il y a à la fois le besoin d’être vu et reconnu, qui est indispensable, avec une distorsion de l’affect (intolérable) au moment même d’une reconnaissance aussi minime soit-elle… Cela nous laisse entre apercevoir la nécessité du thérapeute à se réguler face à ce type d’enjeu d’une part, et d’autre part comment le thérapeute est renvoyé à ses propres enjeux d’Estime de Soi. Il peut se vivre dans une expérience contre-transférentielle d’insuffisance, d’impuissance, parfois d’incompétence pouvant aller jusqu’à un sentiment de honte. Cette expérience contre transférentielle, par identification projective, vient traduire les expériences internes du client comme par exemple le vide énoncé précédemment, la solitude existentielle et la honte.

« La honte étant l’affect central du narcissisme ! »

 

Trois systèmes défensifs contre la honte :

    • L’envie : un fantasme de grandiosité pour ne pas s’exposer dans sa vulnérabilité.
    • La rage : un affect dysrégulé servant de défense.
    • Le mépris : une identification projective pour mettre la honte chez l’autre.

C’est l’acronyme que nous propose Gilles Delisle H.E.R.M (Honte. Envie. Rage. Mépris) dans ces recherches sur le narcissisme pour mieux évaluer le trouble de la personnalité narcissique. Nous devons rester vigilant sur nos propres enjeux et notamment notre vulnérabilité face à l’Estime de Soi et sortir de l’isolement de nos bureaux, car la honte et la peur du jugement sont des facteurs d’isolement.

« Notre propre expérience et nos pratiques nous portent à croire qu’il est sain et souhaitable que le thérapeute, même expérimenté́ et ayant du succès dans le traitement des troubles de la personnalité́, conserve une forme quelconque de soutien continu lui permettant d’explorer son vécu avec ses clients (supervision, supervision entre pairs en groupe ou en dyade, thérapie personnelle) » Bessette, 2010

Pour garder un bon équilibre narcissique, il est important de recevoir de la reconnaissance, de la gratification ailleurs que dans l’espace professionnel (famille, amitiés, vie associative,…) et pas seulement par nos clients.

 

image de l'article estime de soi, citation de Irène Orce.

 

Je terminerai sur cette citation de Irène Orce, « Aucun amour n’est suffisant pour combler le vide d’une personne qui ne s‘aime pas elle-même », à la fois pour conclure temporairement sur la question de l’Estime de Soi et également pour préparer et faire le lien avec le troisième et dernier enjeu : Eros / Ethos (amour et sexualité) 4/4 le mois prochain !

Vous pourrez travailler les enjeux d’Estime de Soi et tous les autres enjeux dans la formation Trilogie !

 

> Formations en liens avec cet article : INTRODUCTION PGRO / CYCLE INTENSIFLA TRILOGIE

 


 

À propos de l’auteur

Cyrille Bertrand editor

Fondateur et Directeur pédagogique de NGI

2 commentaires pour l’instant

PITRAPublié le7:10 - Oct 2, 2018

Bonjour,

Merci pour cet article fort intéressant t qui résonne!
Auriez vous le(s) nom(s) de quelque(s) thérapeutes formés chez vous à me conseiller , exerçant dans la Drôme, en France?!

    Cyrille BertrandPublié le2:41 - Oct 12, 2018

    Bonjour
    Je vous remercie pour votre commentaire et de suivre nos articles mensuels!
    Pour répondre à votre question:
    L’Institut est jeune et nous n’avons pas de thérapeute formé à notre approche dans la région de la Drôme pour le moment.
    Néanmoins si vous me communiquez votre ville, ou la ville la plus proche, je pourrais vous conseiller des consoeurs ou confrères qui pourraient vous aider dans votre demande.
    Cordialement Cyrille Bertrand

Laisser un commentaire