Le développement psycho-affectif (4/4) : Éros/Ethos

ParCyrille Bertrand

Le développement psycho-affectif (4/4) : Éros/Ethos

Nous voici sur le point d’aborder le 3ème et dernier enjeu du développement psycho-affectif : l’Éros/Ethos, mais auparavant j’aimerais redonner une perspective personnelle de l’approche de ces enjeux.


 

Le développement sous un angle vertical, où l’attachement serait la base et Éros/Ethos son sommet !

Quand nous parlons de développement, nous le voyons sous l’angle horizontal, avec des étapes à franchir dans une chronologie. Je vous propose donc aujourd’hui de le regarder d’une autre manière, non sous l’angle de chronos mais sous l’angle de Kairos. C’est-à-dire dans la verticalité, où l’attachement serait la base, ensuite viendrait s’appuyer l’Estime de Soi et se terminerait par Éros/Ethos notre enjeu du jour.

Cela amène une dimension plus complexe au développement psycho-affectif qui ne se résumerait pas seulement à des étapes à franchir… que l’on résoudrait avec plus au moins de facilité, mais une dimension plus enchevêtrée où se mêlent les trois enjeux, qui s’activent dans l’instant de la rencontre et seront sujet à des reproductions dans la création du lien.

 

Paradoxe et point d’équilibre de l’enjeu Éros/Ethos :

Autant nous avons besoin d’être régulés dans les deux premiers enjeux pour faciliter notre existence et vie d’adulte, autant il existe un paradoxe dans ce dernier enjeu car il est difficile de s’imaginer qu’une mère se réjouisse des « expressions érotiques » de son enfant, fille ou garçon. (90% des mères répondent à l’excitation sexuelle en… ignorant ou regardant ailleurs = pas de contenant)

Nous serions donc face à une « solitude universelle » sur cette question Éros et le fait que les parents laissent l’enfant dans cette forme de solitude non régulée amène la dimension Ethos. Une façon implicite de dire « ce ne sera pas avec moi, mais avec un autre ».

Nous devrons aller chercher plus tard à l’âge adulte cet autre qui va nous réguler dans ce dernier enjeu car cela ne peut être notre parent lors de notre développement psycho-affectif. Cet équilibre Éros/Ethos va devenir Amour et Sexualité ! 

 

La complexité de l’enjeu d’Éros/Ethos dans la démarche thérapeutique :

La problématique Amour et Sexualité (Éros/Ethos) est un motif important de consultation dans les cabinets de psychothérapie et bien souvent des difficultés d’attachement et d’Estime de Soi sont à l’origine de ces difficultés. Les thérapeutes se sentent plutôt à l’aise pour traiter les questions d’attachement et d’Estime de Soi et beaucoup moins à l’aise face aux enjeux d’Amour et Sexualité dans une approche psycho-dynamique où nous sommes en face à face. A ce moment-là, une reproduction est possible du développement psycho-affectif ou le client se retrouve seul et non régulé comme dans son enfance. Comme la mère, nous détournons le regard et le client peut se sentir honteux…

 

« La difficulté de refléter Éros se rejoue dans l’espace thérapeutique. »

 

Au-delà de cette reproduction possible, il est nécessaire de le travailler car il permet la différenciation et la singularité de l’expérience ! Pouvoir accueillir Éros et le contenir avec Ethos (limites), telle est la complexité, deux axes de la relation thérapeutique optimale sont sollicités dans la posture du thérapeute : intimité et intégrité.

Le thérapeute devra être vigilant en travaillant Éros de ne pas « érotiser » le lien thérapeutique qui serait un premier signe de « dérapage » possible. Avec nos stagiaires, nous favorisons le travail sur la symbolique ou encore les archétypes du féminin et du masculin afin de développer une compétence interactive spécifique pour cet enjeu. L’accès au symbole permet de vérifier chez le client sa capacité à la mentalisation et à la différenciation.

 

L’approche Neuro de l’enjeux Éros/Ethos  :

Dans l’approche neuro et pour le développement de votre compétence réflexive, je vous conseille le livre d’Hélène Fisher « pourquoi nous aimons ? ».

Voici, suite à son étude sur des milliers de personnes, les trois grandes pulsions de l’expérience amoureuse :

    1. Sexuelle : scanner un échantillon de partenaire. Expression du désir sexuel.
    2. Romantique : concentrer notre énergie sur une seule personne (Dopamine). Quand une personne capture notre pulsion, nous commettons plus de maladresses.
    3. Attachement : tolérer ensuite cette personne assez longtemps pour faire « équipe » dans l’éducation des enfants (Ocytocine).

 

image de couverture du livre "pourquoi nous aimons ?" de Hélène Fisher

 

Pour ma part, ce que je trouve intéressant dans cette grille, c’est que nous retrouvons nos trois enjeux et traduit la complexité que j’évoquais au début de cet article.

Dans la pulsion sexuelle (Éros) affirmation du désir, la pulsion romantique (Estime de Soi) ne pas avoir honte de ses maladresses et de se trouver refuser, la pulsion d’attachement (attachement) qui parle de la capacité de vivre avec l’autre dans l’adversité.

Avant de clore sur le développement psycho-affectif, il me reste à vous rappeler que nous traversons des « crises développementales de l’âge adulte » tout au long de notre existence où se rejouent d’une manière significative les enjeux vus au cours de ces articles. Nous nous développons sans cesse à travers les expériences et les rencontres que nous faisons !

 

Alors bon développement et au plaisir de vous retrouver en novembre pour le démarrage d’une nouvelle série d’article ! Vous pouvez travailler le développement psycho-affectif dans notre formation la Trilogie, et vous y inscrire pour la session 2019 (…il reste encore quelques places disponibles )  !

 

> Formations en liens avec cet article : INTRODUCTION PGRO / CYCLE INTENSIFLA TRILOGIE

 


 

À propos de l’auteur

Cyrille Bertrand editor

Fondateur et Directeur pédagogique de NGI

2 commentaires pour l’instant

Marta Salcines D’agostinoPublié le4:31 - Nov 4, 2018

je prends plaisir à te lire tellement ça me semble clair.
? un livre?

Laisser un commentaire